Œnologie
Besoin d'étiquettes adhésives, ce site est fait pour vous.
Accueil
Humour Œnologie Calendrier Cyclo-Tourisme Généalogie Fourre-tout
La vigne
Vinification
Introduction
Composition du raisin
la maturation
Amélioration de la vendange
Fermentation alcoolique
La macération
Influences diverses
Les traitements mécaniques
Traitements chimiques
Surveillance et contrôle
Vins Rouges
Vins Blancs
Vins Rosés
Elevage
Analyse chimique
Champagne
Champagne Rosés
Vins Jaunes
Vins de Paille
Classement
Savoirs
Glossaires
Chiffres

Mes objets en vente sur Le Bon Coin.
section précédente
Précédent Sommaire Suivant
section suivante
l'analyse chimique et organoleptique
I. Principaux composants du vin

Le vin n'est pas une boisson inerte et quelconque à base d'alcool. C'est une substance vivante qui présente une structure très complexe et sans cesse évolutive.

Outre l'eau et l'alcool qui sont les deux constituants les plus important en volume, plus de deux cents composants ont été identifiés dans le vin.

  • L'eau participe pour 85 à 90% du volume.

  • L'alcool éthylique provenant de la transformation du sucre pendant la fermentation intervient pour un volume de 6 à 17% et jusqu'à 23% pour les V.N.D et mistelles.

  • Les sucres provenant des raisins (glucose et fructose) non transformés en alcool représentent :
    • 1 à 2 gr./L pour les vins secs
    • 15 à 35gr/L pour les moelleux
    • 80 à 100 gr/L pour les liquoreux

  • Le glycérol qui donne de l'onctuosité, du "velour" au vin représente de 5 à 12 gr/l et peut aller jusqu'à 18 gr/l pour les liquoreux.

  • Les acides organiques (et minéraux) sont essentiels aux caractères du vin. Parmi les six principaux nous trouvons :
    • l'acide tartrique (2 à 8 gr/l)
    • l'acide malique en faible quantité si la fermentation malolactique est terminée.
    • l'acide citrique (0 à 0.5gr/l)
    • l'acide lactique (1à 3gr/l)
    • l'acide succinique (0.5 à 1gr/l) découvert par Pasteur
    • l'acide acétique dénommé plus couramment acidité volatile (quelques decigrammes par litre)

  • Les tanins qui contribuent au bon viellissement des vins rouges (1 à 4 gr/l). Les vins blancs en contiennent peu (quelques dizaines de miligrammes).

  • Les matières colorantes qui constituent la robe des vins. Ce sont les anthociannes pour les vins rouges et rosés et les flavones pour les vins blancs.

  • Les substances odorantes existent en quantités infinitésimales (on en a répertorié plus d'une centaine dont esters, aldéthydes, cétones, acides,...).ce sont des substances volatiles qui, associées et fondues ensemble, forment les arômes et le bouquet du vin.

  • Les gaz dissous (CO2) qui subsistent à quelques décigrammes. En excès, ils sont considérés comme un défaut du vin.

  • Les éléments minéraux ne représentent que quelques miligrammes/L. Ils interviennent dans la saveur du vin. On retrouve les sulfates, chlorures, phosphates, potassium, calcium, ...

  • Les oligo-éléments jouent un rôle de catalyseur. Le vin les contient presque tous sous forme de trace (fer, cuivre, zinc, chlore, fluor, alumine, magnésium, sodium, bore, iode, silicium, etc.).

  • Les vitamines du raisin que le vin a entièrement conservé : B1, B2, B6, B12 ainsi que les vitamines C, H et P.

Termes techniques

A. Qu'est-ce que l'acidité ?

Le vin contient de nombreux acides minéraux et organiques soit à l'état libre, soit à l'état de sels acides dont l'excès peut précipiter (bitartrate de potassium). L'ensemble de leurs fonctions acides libres constitue l'acidité totale du vin. C'est un élément essentiel qui participe au viellissement, apporte une certaine fraicheur au vin et influe sur la couleur.

B. Qu'est-ce que l'acidité volatile ?

Elle est constituée par l'ensemble des acides gras du vin. C'est surtout en cours de conservation que cette acidité peut se développer, soit au cours de la fermentation malolactique, soit par oxidation de l'alcool sous l'effet des bactéries acétiques.

C. Qu'est-ce que l'extrait sec ?

C'est le poid du résidu obtenu après évaporation des substance volatile. Il comprend :

  • les acides libres et les sels,
  • les tanins et matières colorantes,
  • les matières pectiques,
  • les sucres résiduels,
  • les sels minéraux

Il est en moyenne de 17 à 30 gr/l (plus élevé pour les rouges que pour les blancs)

D. Qu'est-ce que l'acidité réelle ?

En plus de l'acidité totale, il faut tenir compte de la force des acides. C'est l'acidité réelle ou PH dont le rôle est très important en oenologie surtout au niveau de la résistance aux maladies, de la fermentations secondaire ou de la casse ferriques.

section précédente
Précédent Sommaire Suivant
section suivante
Accueil
Humour Œnologie Calendrier Cyclo-Tourisme Généalogie Fourre-tout

Copyrigth © www.Auduteau.net (1999 - 2018) - Concepion / Réalisation Alain AUDUTEAU